Désordre de Penny Hancock

Publié le par Stefsav

Désordre de Penny Hancock

Résumé :

 

450 pages

 

Sonia, la quarantaine, mène une vie confortable dans la jolie maison des bords de la Tamise où elle a grandi. Mais depuis que son mari, Greg, multiplie les déplacements professionnels à l’étranger et que leur fille Kit est partie à l’université, son existence lui pèse.

Alors que Greg la presse de quitter Londres pour se rapprocher de lui, Sonia se sent incapable de quitter sa maison, décor d’une jeunesse pour laquelle elle éprouve la plus vive nostalgie. À l’heure du bilan, elle réalise en effet que son adolescence a été le seul moment vraiment heureux de son existence, celui où les émois et les sentiments ont été les plus forts et les plus purs.

Aussi, lorsque Jez, 15 ans, le neveu d’une de ses amies, Helen, vient frapper à sa porte pour emprunter un disque, Sonia, prise d’une pulsion inexplicable, décide de ne plus le laisser partir. Elle se met alors à nourrir une étrange et inquiétante obsession pour la jeunesse de Jez, qu’elle tient séquestré.

Lorsque Helen signale la disparition du jeune garçon à la police, une enquête minutieuse commence, qui ne tarde pas à s’orienter vers un suspect inattendu.

À travers ce récit conjuguant les voix de Sonia et d’Helen, Penny Hancock nous offre un portrait magnifique de deux femmes à un carrefour de leur vie, aux prises avec leurs peurs et leurs faiblesses, leurs secrets et leurs solitudes. Surtout, elle nous donne un roman où règne une tension extrême, une terrifiante histoire de folie, cruellement humaine, qui culmine dans un suspense infernal, digne du légendaire Misery, de Stephen King.

 

(Résumé Editions Sonatine)

 

Mon avis :

 

Ce livre fait partie de la sélection du prix Yaka'lire de ma médiathèque, et c'est dans ce cadre que je l'ai emprunté : je n'avais pas lu le résumé, je ne savais à quoi m'attendre...

J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce récit mêlant récit et flash-back, un démarrage un peu lent (mais qui a permis à l'auteure de faire monter le suspens progressivement !) mais peu à peu, l'intrigue s'est mise en place, et j'ai été littéralement happée par ce livre !

Tout au long du livre, Penny Hancock nous entraîne dans un thriller psychologique où la tension est sans cesse palpable, même si dès le départ, on sait qui a enlevé Jez ! Le suspens tient à l'envie de comprendre pourquoi, mais aussi si la police va résoudre cette disparition !

Ce kidnappeur que l'on devrait détester, nous montre au fur et à mesure ses failles et sa détresse, les raisons qui ont amené à cet enlèvement, et au final, il devient difficile de détester cette personne : j'arrivais même à me demander comment elle allait réussir à se sortir de cette intrigue...

Un personnage inattendu est la Tamise que l'auteure met en valeur tout au long du récit et qui joue un rôle non négligeable dans les souffrances de Sonia...

J'ai aimé ce récit à deux voix : celle de Sonia où l'auteure utilise le "je" et le point de vue d'Helen où l'auteure revient à une narration plus distante.

A travers ce thriller, Penny Hancock aborde également des thèmes pouvant toucher un grand nombre : l'usure du couple, les raisons réelles de l'existence de ce couple, la rivalité fraternelle (entre Helen et sa soeur Maria, et à travers elle, indirectement celle qui oppose Barney et Jez), les amours adolescentes, la construction d'un adulte sur les fragilités de son passé, l'alcoolisme...

Ce livre, je ne l'aurais probablement jamais lu s'il n'avait pas fait partie de cette sélection et j'avoue qu'il aurait été dommage de ne pas le découvrir !

Pour le moment, il se classe en seconde position de mon classement pour ce prix (il me reste un livre à lire et un que je souhaite relire !)

Publié dans Roman, Prix Yaka'lire

Commenter cet article

Cassandre 15/03/2015 20:00

Il me le faut !