Les Suprêmes de Edward Kelsey Moore

Publié le par Stefsav

Les Suprêmes de Edward Kelsey Moore

Résumé :

 

316 pages

 

Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées depuis : tout le monde les appelle “les Suprêmes”, en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines aussi puissantes que fragiles ont, depuis leur adolescence, fait de l’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana longtemps marquée par la ségrégation leur quartier général où, tous les dimanches, entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de nourritures diététiquement incorrectes tout en élaborant leurs stratégies de survie.
Née dans un sycomore, l’intrépide Odette, qui mène son monde à la baguette, converse secrètement avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son très volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l’existence n’a cessé de meurtrir. D’épreuves en épreuves, l’indissoluble trio a subsisté contre vents et marées dans une Amérique successivement modelée par les ravages de la ségrégation raciale, l’insouciance des années hippies, la difficile mise en route de “l’ascenseur social”, l’embourgeoisement, sous la houlette des promoteurs immobiliers, des quartiers naguère réservés aux Noirs et les nouveaux catéchismes de la modernité mondialisée.
Invitation à une lecture aussi décalée que féconde de la problématique raciale aux États-Unis, ce formidable et attachant roman de l’amitié et de la résilience emmené par d’époustouflants personnages et porté par l’écriture imagée et subversive d’Edward Kelsey Moore, s’affirme avant tout comme une exemplaire défense et illustration de l’humanisme conçu comme la plus réjouissante des insurrections.

 

(Résumé : Acte Sud)

 

Mon avis :

 

J'avais déjà lu ce livre en fin d'année 2014, avec le sentiment d'être passée à côté, de l'avoir lu sans l'apprécier à sa juste valeur (la fatigue, le stress ?)... Du coup, j'ai décidé de le relire, ce que je fais rarement à l'exception du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry que je relis tous les ans depuis mes 7 ans !!!

Et j'avoue, je ne regrette absolument pas cette relecture !

Ce livre est à la fois très touchant et un superbe antidépresseur !!!

C'est l'histoire d'une amitié qui survit aux années, aux rencontres, aux coups durs...

C'est l'histoire d'une femme qui, comme sa mère voit des fantômes et sent la mort s'approcher...

C'est l'histoire de couples...

C'est une histoire où les flash-backs nous permettent d'éclairer le présent raconté...

C'est l'histoire de personnages attachants, touchants  qu'on aimerait croiser...

J'avais lu de nombreux rapporchement avec le roman "La couleur des sentiments" de Kathryn Stockett (vous pouvez retrouvez ma critique ici : https://deslivresetdixfilles.wordpress.com/2013/04/11/la-couleur-des-sentiments-de-kathryn-stockett-avis-de-stefsav/ ), mais si ce n'est les héroïnes noires, l'époque de leur rencontre, l'évocation de la ségrégation raciale, ces romans sont totalement différents et j'ai pris autant de plaisir à les lire tous les deux.

Ce livre fait également partie de la sélection du prix Yaka'lire de la médiathèque de Cormelles le Royal, et je dirais que c'est aussi un coup de coeur...

Commenter cet article