L'enfant multiple d'Andrée Chedid

Publié le par Stefsav

L'enfant multiple d'Andrée Chedid

Résumé :

 

253 pages

 

«Lorsqu'il sentait son public avec lui, applaudissant et riant de ses loufoqueries, Omar-Jo changeait brusquement de répertoire. D'abord, il faisait taire la musique [...].

Ensuite, il laissait un silence opaque planer au-dessus des spectateurs. D'un seul geste, il arrachait alors les rubans ou les feuillages qui dissimulaient son moignon. Puis il présentait celui-ci au public, dans sa toute crudité.»

Omar-Jo est un orphelin rescapé d'un attentat. Avec les saltimbanques du Manège, il va s'attacher à recréer une nouvelle terre d'appartenance pour tous les déracinés...

Parabole sur le refus de l'exclusion autant que récit initiatique, ce livre est avant tout un hymne poétique au respect de nos cultures et de nos différences.

 

(Résumé : J'ai lu éditions)

 

Mon avis :

 

Ce livre est une fable, à la fois tendre et poétique, mais aussi philosophique.

A travers ces êtres, blessés par la vie, Andrée Chedid nous montre comment chacun fait de ses faiblesses et ses blessures une force pour continuer à se battre et à avancer.

 

L'auteure renoue avec ses racines, le Liban, à travers cet enfant blessé et orphelin à cause de cette guerre... Cet enfant, que son grand-père se sentant vieillir envoie à des cousins expatriés à Paris où au grés de ses périgrinnations, il découvrira le manège de Maxime... Cet enfant nous interpelle sur le mélange des cultures, sur les diverses croyances en divers Dieux, sur l'amour que l'on peut donner "gratis", la bonté...

Maxime, cet homme blessé par la vie, manquant de confiance en lui et n'assumant plus son choix de devenir forain face au regard de sa famille, cet homme prêt à renoncer à son rêve, renoue avec ce rêve et le rend chaque jour plus grand et plus beau grâce à Omar-Jo...

Cheranne, blessée d'amour, qui les rencontre tous deux, et qui avec Sugar, va les aider à donner une autre dimension à ce manège...

Ce manège, pour moi, au fil des pages représente nos vies, avec ses hauts et ces bas, ces blessures qui laissent des cicatrices visibles ou invisibles, dont on souhaite ou non parler... Ce manège, c'est cette touche philosophique que j'ai ressentit dans la poésie d'Andrée Chedid.

Une lecture plaisir, mêlée à une lecture réflexion que j'ai beaucoup appréciée !

 

Publié dans Roman

Commenter cet article