Le cas Malaussène, 1 Ils m'ont menti de Daniel Pennac

Publié le par Stefsav

Le cas Malaussène, 1 Ils m'ont menti de Daniel Pennac

Résumé :

«Ma plus jeune sœur Verdun est née toute hurlante dans La Fée Carabine, mon neveu, C’Est Un Ange est né orphelin dans La petite marchande de prose, mon fils Monsieur Malaussène est né de deux mères dans le roman qui porte son nom, ma nièce Maracuja est née de deux pères dans Aux fruits de la passion.

Les voici adultes dans un monde on ne peut plus explosif, où ça mitraille à tout va, où l’on kidnappe l’affairiste Georges Lapietà, où Police et Justice marchent la main dans la main sans perdre une occasion de se faire des croche-pieds, où la Reine Zabo, éditrice avisée, règne sur un cheptel d’écrivains addicts à la vérité vraie quand tout le monde ment à tout le monde.

Tout le monde sauf moi, bien sûr. Moi, pour ne pas changer, je morfle.»
Benjamin Malaussène.

(Source : Editions Gallimard)

Mon avis :

J'avais dévoré il y a fort longtemps maintenant les premiers tomes des aventures des Malaussène lorsqu'elles étaient sorties, et je m'étais régalée. Quand j'ai su que Daniel Pennac revenait si longtemps après avec ses personnages, je n'ai du résister qu'un jour ou deux avant de succomber et d'acheter ce livre... Oui, je sais, je suis faible !

J'ai eu besoin d'un petit temps de "réadaption" pour me replonger dans mes souvenirs lointain avec ces personnages qui portent tous un ou plusieurs surnoms... Comme j'avais acheté la version numérique, j'ai eu la flemme de me reporter au lexique final reprenant les personnages et autres lieux signalés par un astérisque... Limite du numérique, car ce petit temps aurait été plus court si j'avais eu la version papier dans les mains, puisque je me serais reportée plus facilement à ce lexique... Mais je vous rassure, au fil des pages, j'ai retrouvé mes souvenirs, qui finalement n'étaient pas enfouis si loin !

Ce que j'ai retrouvé très rapidement c'est ce style, cette gouaille si typique du Daniel Pennac des Malaussène : son vocabulaire, ses tournures de phrases, ses intrigues et rebondissements... Bref, le bonheur que j'avais ressenti ça la fin des années 1990... waouh, plus de 20 ans... Je n'ai qu'un petit regret cependant : celui de ne pas avoir pris le temps de relire les opus précédents pour me remettre plus encore dans l'ambiance...

Car si j'ai vieilli, les personnages eux aussi, et comme dans la vraie vie, ils ont tous évolué... Et le fossé entre les générations se creuse également dans le roman... Julius semble le seul à être éternel, mais Daniel Pennac nous livre ici le secret de la longévité de Julius ! Les allusions à l'évolution de notre société sont présentes également : avec toute la finesse de sa plume, Daniel Pennac évoque tout en douceur les actualités difficiles des 2015 et 2016...

La bonne nouvelle, c'est qu'il y aura une suite ! J'espère qu'on n'attendra pas aussi longtemps qu'avant ce tome : Aux fruits de la passion était sorti en 1999 !

Petit conseil aux amateurs du Pennac de Comme un roman, celui du Journal d'un corps ou encore de Chagrin d'école : le style Malaussène pourrait vous surprendre ! N'hésitez pas à commencer la série par les premiers volumes : Au bonheur des Ogres, La Fée Carabine, La Petite Marchande de Prose, Monsieur Malaussène, Des Chrétiens et des Maures, Monsieur Malaussène au Théâtre et Aux Fruits de la Passion.

Grâce à ce volume, j'ai validé le défi 34 du #DéfiLecture2017 : Lire le roman d'un auteur que j'aime mais que je n'ai pas encore lu. Il ne rentre pas dans le défi #AbécédaireLivresque puisque le C est déjà rempli !

Je vous laisse pour retourner à ma lecture suivante : Ta façon d'être au monde de Camille Anseaume.

 

Publié dans 2017, Défi Lectures 2017

Commenter cet article