Respire d'Anne-Sophie Brasme

Publié le par Stefsav

Respire d'Anne-Sophie Brasme

Résumé :

Charlène et Sarah s’aiment comme deux sœurs. Mais la passion fait des ravages. S’instaure peu à peu une relation perverse entre les deux jeunes filles : Sarah provoque, multiplie les humiliations publiques, accable de reproches son amie, qui accepte son sort.
Jusqu’à l’irréparable.

Anne-Sophie Brasme avait dix-sept ans lors de la parution de Respire en 2001. Salué pour son incroyable lucidité, ce premier roman vertigineux a remporté un grand succès en France et dans les nombreux pays où il a été traduit.

(Source : Fayard Editions)

 

Mon avis :

J'ai ouvert ce livre par curiosité après avoir lu des avis positifs sur différents groupes de lectures...

J'avoue que j'ai eu un peu de mal à m'imprégner de la façon d'écrire d'Anne-Sophie Brasme...

J'ai trouvé que pour un premier roman écrit à 17 ans, le style dégageait pourtant une immense maturité. Il m'a fallu oublier un peu l'âge de l'auteure pour pouvoir entrer plus dans le livre.

Elle nous livre l'histoire d'une amitié entre deux adolescentes, mais il ne s'agit pas d'une "simple" amitié... Elle évoque une amitié destructrice, celle du rapport entre une dominante et une dominée... Elle nous montre page après page comment la manipulation peut détruire une personnalité en cours de construction...

Au fil des pages, des émotions très fortes se succèdent, mais on sent au fil du récit que cette amiti va basculer vers un drame... On y voit à quel point ce rapport dominant/dominé va prendre une envergure immense entre ces deux adolescentes, un âge auquel on se construit mais où l'amitié peut avoir aussi un rôle dévastateur pour la suite...

J'avoue que je me suis parfois retrouvée dans le personnage de Charlène, que j'ai pu détester Sarah, et que malgré l'horreur du geste désespéré de Charlène, je ne pouvais parvenir à la condamner... Anne-Sophie Brasme décrit parfaitement les rouages de cette relation "passionnée".

Difficile pour moi de rédiger clairement cette critique... Je ne dirais pas que j'ai aimé ce livre, non, je dirais plutôt que les émotions qu'il a ouvertes ou peut-être plutôt réouvertes en moi m'ont fait hésiter entre le besoin de poursuivre ma lecture et l'envie de refermer le livre sans aller au bout.

Je ne mettrais pas ce roman dans les mains de n'importe quel(le) adolescen(t)e sans en reparler ensuite : peut-être peut-il faire comprendre à certains le caractère parfois "nocif" de l'amitié à un âge où on se construit beaucoup dans le regard de l'autre...

 

Publié dans lectures 2016

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article